La menace d’une maladie virale jusqu’alors inconnue, qui se transmet très rapidement et parfois sans symptômes, a quelque chose d’imprévisible. Les scientifiques et les autorités médicales fournissent des informations aux responsables politiques et au public – les médias s’efforcent de tout expliquer en détail. L’épidémie fait ainsi l’objet d’une interprétation d’une part, par les experts et d’autre part, par les journalistes – comment se forger un jugement ?

Prof. Schwaetzer : Il est certain que la difficulté est de savoir comment parvenir à un jugement valable objectif, mais il n’est pas facile d’avoir une vision exacte des faits et des circonstances. Ce qui me semble vraiment significatif et symptomatique pour notre époque, ce sont les tendances en matière de journalisme : parfois, des jugements sont diffusés avec une forte charge émotionnelle ; parfois, la répétition constante d’un point de vue particulier donne l’impression que quelque chose nous est imposé et, finalement, que nous sommes confrontés à de graves atteintes aux droits fondamentaux liées à des mesures massives. Qui plus est, la gestion de la maladie et les questions politiques semblent imbriquées d’une manière difficile à démêler.

Où sont les points d’appuis dans cet enchevêtrement de faits et d’interprétations ?

J’aimerais souligner en particulier deux moments plus ou moins inobservés. Le premier est la contradiction dans les affirmations : les rapports dits « factuels » fournissent trop peu de faits. Avec une preuve mathématique, le mathématicien doit toujours dire dans quelles conditions la preuve est valable. À mon avis, cet aspect des conditions de validité de la preuve est souvent négligé, par exemple lorsque le nombre de tests n’est pas fournis avec le nombre de cas – un nombre croissant de tests, par exemple, entraîne une augmentation du nombre d’infections détectées ; le nombre croissant d’infections ne reflète alors pas l’augmentation réelle. Et souvent, un jugement définitif sur la situation est proposé, que l’on est tenu d’adopter. Dans les deux cas, la véritable autorité qui – politiquement parlant – est le fondement de l’État de droit et de la démocratie, et qui est aussi au cœur du monde dans lequel nous vivons, est sapée : l’individu qui a le courage de faire appel à son imagination pour se forger un jugement.

Je parle d’imagination, et j’entends par là que l’objectivité pure ne peut donner une image du monde, comme le philosophe Günther Anders l’a déjà affirmé il y a 70 ans. La réalité est « au-delà du seuil » : il ne suffit pas de voir une situation, il faut la comprendre, saisir son contexte, la sentir, etc. On passe souvent à côté. Voyons-nous vraiment la crise des réfugiés en Méditerranée ? Nous ne voyons la réalité que lorsque l’imagination est pratiquée comme une méthode de perception, non pas de la fantaisie, mais de la réalité. Goethe a également appelé cette capacité « imagination sensorielle exacte » parce qu’elle est capable de saisir la réalité avec précision. Le deuxième élément non observé est que l’exigence de jugement doit être complétée. Il existe un principe philosophique selon lequel une réponse à une question est une aptitude, et non une réponse. Compte tenu de la complexité de la situation, je peux me demander : comment puis-je mieux faire face à la situation et la gérer de manière plus appropriée au jour le jour ? Alors la formation du jugement ne cherche pas à savoir ce que le monde fait bien ou mal, mais plutôt à exercer la souveraineté de notre Je et, à partir de cette souveraineté, à parvenir à une clarté de jugement de plus en plus basée sur notre imagination. Cela exige un courage individuel – en contrepoids de la peur collective presque épidémique.

Les citoyens affichent actuellement une satisfaction très élevée à l’égard des actions de la politique, dont ils étaient assez « mécontents » il n’y a pas si longtemps – la relation de l’individu à l’État est-elle en train de changer ?

Je ne pense pas. Mon sentiment est que nous attendons de l’État qu’il rende la vie aussi confortable que possible. La sécurité et le confort priment sur la liberté et l’activité autonome responsable – c’est une tendance qui se dessine depuis quelques années. Tant qu’il n’y a pas de « danger » pour la vie et le corps, tout est considéré comme une « surréglementation ». Mais au moment où je devrais faire moi-même quelque chose pour protéger les autres ou même simplement parce que je me sens moi-même menacé – de manière assez égoïste, si l’on est honnête – la même surréglementation est considérée comme une intervention « nécessaire » que j’exige de l’État. Dans les deux cas, la base du jugement est la même. Rien n’a changé dans le fondement du jugement.

Pourquoi les populistes de droite font-ils si mauvaise figure ? Pourront-ils encore profiter de tout cela au final, en cas de crise économique vraiment massive ?

Cet article est réservé aux abonnés PREMIUM

Inscrivez-vous maintenant et mettez à jour votre compte pour lire l'article et accéder à la bibliothèque complète des articles réservés aux abonnés PREMIUM.

S'inscrire maintenant Vous avez déjà un compte ? Se connecter