ℹ️
Fondé en 1977 par Ibrahim Abouleish, l'organisation Sekem a son centre près du Caire. Elle comprend des fermes biodynamiques, des entreprises de produits agricoles et médicinaux, un centre médical, des écoles appliquant la pédagogie Waldorf, une université pour le développement durable qui vise à revitaliser le sol et la biodiversité par l'agriculture biologique. Le projet de Sekem a commencé par des projets de plantation et de développement agricole et inclut maintenant des initiatives éducatives, médicales, et commerciales, tout en favorisant le développement social et culturel en Égypte. En 2003, Sekem et son fondateur ont été récompensés par le prix Nobel alternatif (Right Livelihood Award) pour avoir allié succès économique et contribution au développement social et culturel en Égypte. Sekem est reconnue pour son impact positif sur l'agriculture et l'éducation en Égypte, et est étudiée dans des écoles de commerce renommées. Ibrahim Abouleish et son fils Helmy ont aussi été désignés entrepreneurs sociaux de l'année par la Fondation Schwab. Des personnalités importantes, dont la première dame d'Égypte et d'autres figures internationales, ont visité Sekem, reconnaissant son influence positive.

Comment se porte Sekem ?

Vu la période difficile que nous traversons tous, nous allons très bien. Nous sommes dans une phase de développement que j'observe, que nous observons chaque jour avec reconnaissance.

La crise climatique, le recul de la biodiversité, tous ces défis écologiques nous appellent avant tout à changer notre économie, nos modes de gestion, qu'en penses-tu ?

Je crois qu'il convient de faire un pas en arrière. L'enjeu est une nouvelle conscience, un changement de conscience qui doit ensuite transformer la vie économique par de nouveaux modes d'action. Tant que notre façon de penser habituelle et notre âme rationnelle domineront le capitalisme et l'économie, il faudra être extrêmement intelligent pour trouver des solutions permettant de gérer les ressources de façon durable, même dans une culture marquée par la rationalité. Si nous remontons à la source, à l'origine de nos actions et de nos conceptions, nous tombons sur notre conscience, sur l'évolution de la conscience. C'est le cœur du développement humain. Dans l’environnement présent, avec les caractéristiques de notre conscience actuelle, règne une vision du monde capitaliste et basée sur l'exploitation. Elle nous a apporté tout ce que nous connaissons aujourd'hui en termes de confort, mais aussi de périls pour notre vie.

Cet article est réservé aux abonnés PREMIUM

Inscrivez-vous maintenant et mettez à jour votre compte pour lire l'article et accéder à la bibliothèque complète des articles réservés aux abonnés PREMIUM.

S'inscrire maintenant Vous avez déjà un compte ? Se connecter